Période des questions ministérielle : La sécurité des femmes et des filles autochtones

Partager cette publication:

L’honorable Michèle Audette : Kwei, monsieur le ministre.

[Note de la rédaction : La sénatrice Audette s’exprime en innu.]

Monsieur le ministre, en juin dernier, le Comité sénatorial permanent des peuples autochtones a rendu public son rapport intitulé Il faut agir pour les FFADA : Ce n’est pas juste l’intention qui compte.

Je rappelle aussi que votre gouvernement a commandé ou ordonné une Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées. Dans le rapport final de cette enquête, il y a des appels à la justice qui vous concernent, vous et votre ministère.

J’aimerais vous poser une question sur l’établissement de services et d’infrastructures de « […] transport en commun sécuritaires et abordables destinés aux femmes, aux filles […] autochtones vivant dans des communautés éloignées ou rurales. ». Je fais ici référence à l’appel à la justice no 4.8.

Monsieur le ministre, quelles sont les actions concrètes qui ont été mises de l’avant pour répondre à cet appel à la justice, surtout pour accroître la sécurité des femmes et des filles autochtones?

L’honorable Omar Alghabra, c.p., député, ministre des Transports : Je vous remercie, sénatrice, de votre question. Notre gouvernement s’est fermement engagé à respecter le plan d’action de la Commission de vérité et réconciliation et ses recommandations, auxquels nous donnons suite.

Permettez-moi de répondre précisément à votre question.

Transports Canada a pris les mesures suivantes — soit dit en passant, je siège à la table où nous invitons régulièrement des ministres et des dirigeants autochtones pour discuter de dossiers importants, notamment des enjeux liés au transport qui relèvent de la compétence fédérale. Nous collaborons pour trouver des solutions en matière de transport maritime, aérien et terrestre. Pendant la pandémie, notre gouvernement a versé de l’aide financière pour permettre à de nombreuses communautés d’avoir accès à des services aériens en région éloignée, ce qui n’aurait pas été le cas autrement.

J’ai écrit à mes homologues provinciaux au sujet des services d’autobus interurbains. Malheureusement, je n’ai reçu aucune réponse. Nous savons que les services de transport par autobus sont essentiels. Comme vous le savez, le service d’autobus interurbain relève de la compétence des provinces, mais nous sommes toujours disposés à collaborer avec ces dernières pour trouver des solutions afin de combler cette lacune, et nous continuerons à collaborer avec nos homologues provinciaux pour trouver des solutions.

 

Partager cette publication:

Menu