Période des questions : Les Principes des Nations unies pour les personnes âgées

Par: L'hon. Patricia Bovey

Partager cette publication:

Alexandra Bridge across the Ottawa River, Ottawa

L’honorable Patricia Bovey : Honorables sénateurs, ma question s’adresse au représentant du gouvernement au Sénat.

Sénateur Gold, le bien-être et la qualité de vie de tous les Canadiens sont essentiels. C’est un sujet dont j’ai parlé récemment pendant un événement organisé par les Nations unies. Au Sénat, j’ai aussi parlé des enjeux concernant les centres de soins de longue durée pendant les premières vagues de la pandémie de COVID. Fait alarmant, pendant la troisième vague de la pandémie, le Manitoba a malheureusement affiché les pires statistiques pendant plusieurs semaines, alors que les infections touchaient tous les groupes d’âge. Plus de 40 patients des soins intensifs ont été transférés à l’extérieur de la province.

Les Manitobains sont reconnaissants de l’aide qu’ils ont reçue du gouvernement fédéral et des provinces voisines. La COVID a assurément mis en lumière des questions de société à long terme qu’il faut régler. La convention des Nations unies pour les droits des personnes âgées pourrait contribuer à la question de la sécurité et de la qualité de vie à long terme. Cette convention des Nations unies ira de l’avant et le Canada y a accordé son appui en principe.

Sénateur Gold, le Canada appuiera-t-il activement cette convention, et comment cet appui se concrétisera-t-il?

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat) : Sénatrice, je vous remercie de votre question. Tous les aînés canadiens méritent de vivre dans la sécurité, la dignité et le confort. Grâce à votre préavis, j’ai pu me renseigner. Le gouvernement a comme priorité de promouvoir et de protéger les droits de la personne, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. À cet égard, le gouvernement s’implique dans divers mécanismes internationaux, comme le Groupe de travail à composition non limitée sur le vieillissement des Nations unies, visant à rehausser les droits des personnes âgées.

Je comprends qu’il n’y ait pas encore de version provisoire de cette convention, bien qu’on insiste beaucoup pour qu’une telle convention soit rédigée, et que les Nations unies ont déjà réalisé un travail considérable sur les droits des personnes âgées. Le gouvernement est déterminé à collaborer avec divers partenaires internationaux et il est certainement ouvert à l’idée de discuter d’une convention des Nations unies sur les droits des personnes âgées.

La sénatrice Bovey : Merci, sénateur Gold. Je vous sais gré de votre réponse. Que fait le gouvernement concernant les mauvais traitements infligés aux personnes âgées, comme les mauvais traitements physiques ou infligés par un membre de la famille? Que fait-il aussi concernant l’exploitation en ligne et les tentatives d’hameçonnage concernant les ordinateurs et les cartes de crédit, les menaces évoquant l’Agence du revenu du Canada et d’autres questions intrusives visant à abuser de la confiance des personnes vivant seules et, trop souvent, à vider leurs comptes bancaires, à faire planer la menace de poursuites et à voler leurs renseignements personnels et sensibles?

Le sénateur Gold : Merci de votre question. Comme ma mère est âgée de 92 ans, qu’elle vit seule et qu’elle reçoit beaucoup trop de ce genre d’appels et qu’elle fait l’objet de tentatives d’hameçonnage, je suis certainement conscient du sérieux de ce problème.

Pour ce qui est de l’intervention du gouvernement fédéral, je n’ai pas la réponse, sénatrice. Je vais me renseigner et vous revenir avec la réponse.

La sénatrice Bovey : Merci.

Partager cette publication:

Menu