Hommage au décès de l’honorable Josée Forest-Niesing

Par: L'hon. Brian Francis

Partager cette publication:

Parliament from across the Ottawa River, Ottawa

L’honorable Brian Francis : Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui pour rendre hommage à notre chère collègue et amie la sénatrice Josée Forest-Niesing.

Comme d’autres l’ont souligné, Josée était une fière Franco-Ontarienne, dévouée à la défense des droits des communautés francophones minoritaires. De ses questions au représentant du gouvernement au Sénat, à sa motion sur la fermeture des programmes universitaires francophones, Josée défendait la cause avec passion.

Pendant qu’elle a siégé au Sénat, Josée s’est engagée à améliorer les conditions de vie et les perspectives d’avenir des Autochtones. En 2019, j’ai eu le plaisir de voyager avec elle comme membre de la délégation canadienne à l’Instance permanente des Nations unies sur les questions autochtones. L’année dernière, nous avons siégé ensemble au Comité sénatorial permanent des peuples autochtones, lors de l’étude du projet de loi C-15, Loi concernant la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. Elle était tellement fière de ce travail.

Chers collègues, j’aimerais vous parler d’un moment spécial que j’ai partagé avec Josée.

En octobre 2018, j’ai eu le privilège d’être assermenté le même jour qu’elle. Ce jour-là, j’ai apporté une plume d’aigle, ce qui est pour les Premières Nations le plus honorable et le plus sacré des cadeaux. Josée en connaissait la signification. Lorsque nous nous apprêtions à entrer dans la Chambre, nous étions les deux derniers à être assermentés, j’ai vu qu’elle était nerveuse; j’ai appris plus tard que cela ne lui arrivait pas souvent. J’ai fait une prière au Créateur pour elle et je l’ai touchée avec la plume d’aigle. Je crois qu’elle a été émue et rassurée par ce geste. Au moment d’entrer dans la Chambre haute, elle était calme, pleine de vigueur et de détermination.

Honorables sénateurs, une précieuse collègue et amie nous a quittés beaucoup trop tôt. Cependant, sa présence et son influence ont contribué à faire du Canada un meilleur pays. Nous n’oublierons jamais la bienveillance, la générosité, et le sens de l’humour de Josée. Sa mémoire restera bien vivante dans les cœurs qu’elle a su toucher.

J’offre mes sincères condoléances à son époux, Robert, à ses enfants, Philippe et Véronique, ainsi qu’à ses proches et à ses amis.

Wela’lin. Merci, Josée, de votre amitié. Que le Créateur continue de vous serrer fort dans ses bras.

Des voix : Bravo!

 

Partager cette publication:

Menu