Hommage au décès de l’honorable Yoine Goldstein

Par: L'hon. Dennis Dawson

Partager cette publication:

Parliament, Ottawa

L’honorable Dennis Dawson : Honorables sénateurs, au nom du Groupe progressiste du Sénat et de la sénatrice Cordy qui ne pouvait pas être présente, j’aimerais dire quelques mots à la famille.

Les gens se réunissent pour de nombreuses raisons. Beaucoup d’entre elles sont joyeuses et beaucoup d’autres sont tristes. Quelle que soit l’occasion, il est sans aucun doute mieux de pouvoir la marquer avec d’autres. C’est ce lien important qui nous a manqué au cours des deux dernières années où nous avons lutté contre la pandémie. Nous sommes tous unis dans cette épreuve, tant collectivement que séparément. Ces déclarations étaient cruciales pour assurer la sécurité de notre famille et de nos amis.

Comme les restrictions s’assouplissent un peu, nous sommes mieux outillés pour gérer la pandémie de COVID. Nous devons maintenant rattraper les occasions que nous n’avons pas pu marquer correctement.

[Français]

L’une de ces occasions est le décès de notre ancien ami et collègue Yoine Goldstein. De nombreux membres de la famille de Yoine sont avec nous aujourd’hui et je veux les saluer. J’espère qu’ils trouveront un certain réconfort dans cette commémoration tardive de sa vie et en particulier de son passage au Sénat.

[Traduction]

Le sénateur Larry Campbell et moi avons prêté serment en même temps que Yoine et l’expérience nous a marqués. Je sais que Yoine a vraiment aimé le temps qu’il a passé avec nous au Sénat.

[Français]

Yoine est né à Montréal en 1934. Il a obtenu un baccalauréat ès arts et un baccalauréat en droit civil avec distinction de l’Université McGill. Pendant ses études à McGill, il a été choisi comme rédacteur d’articles pour la Revue de droit de McGill. En 1960, il a obtenu son doctorat en droit de l’Université de Lyon et a été admis au Barreau du Québec l’année suivante. Il a été reconnu à l’échelle nationale et internationale pour son expertise en matière d’insolvabilité, de faillites et de litiges commerciaux.

[Traduction]

Il s’est fait le défenseur des étudiants canadiens et des réformes systémiques afin que les études postsecondaires ne se transforment pas en un fardeau financier insurmontable pour les étudiants. Plus directement, il a également travaillé avec les étudiants, partageant ses connaissances en tant que chargé de cours de 1973 à 1997 à la Faculté de droit de l’Université de Montréal. Nommé à l’Institut d’insolvabilité du Canada, Yoine était également le seul Canadien à être membre de l’American College of Trial Lawyers et de l’American College of Bankruptcy.

Très actif au sein de la communauté juive de Montréal — je suis sûr que mon ami Marc Gold nous en dira davantage à ce sujet —, Yoine a été président de 1995 à 1997 de la Fédération CJA, un organisme de coordination du financement et de la planification pour la communauté juive de Montréal. Il a de plus été membre du conseil consultatif communautaire de la chaire d’études juives canadiennes de l’Université Concordia.

[Français]

Bien qu’il n’ait siégé que quatre ans avec nous, ici au Sénat, le sénateur Goldstein a eu un impact considérable. Sans surprise, il a apporté une contribution importante à titre de membre du Comité sénatorial permanent des banques et du commerce. Il a été un ardent défenseur des droits de la personne, parlant souvent de tolérance, de respect et de justice sociale dans le monde entier. Ses descriptions de la situation au Darfour ont été d’une importance particulière. Sur la scène internationale, il a représenté le Canada et les Canadiens au sein de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

(1410)

[Traduction]

Le sénateur Goldstein a apprécié le temps qu’il a passé dans cette enceinte et l’occasion qui lui a été donnée de servir les Canadiens. Dans son discours d’adieu, il a déclaré :

Le Canada n’est pas qu’un beau paysage; c’est un pays qui a une âme […] Cette âme est incarnée aussi dans la volonté et l’intention sincère de tous les partis politiques d’améliorer le Canada, voire d’en faire le meilleur pays possible.

[Français]

Un pays ne peut en demander plus de la part de ses citoyens.

À sa femme, Elaine, à ses enfants et au reste de sa famille, j’offre les souhaits suivants : j’espère que vous savez qu’il a atteint ses objectifs merveilleusement. Alors que vous ressentez encore sa perte, j’espère que le souvenir de Yoine et ces mots d’adieu à un ami et à un collègue cher vous remonteront le moral.

Partager cette publication:

Menu