Le décès de Son Altesse Royale le prince Philip, duc d’Édimbourg

Par: L'hon. Jane Cordy

Partager cette publication:

Halls of Parliament, Ottawa

L’honorable Jane Cordy : Honorables sénateurs, nous célébrons et commémorons aujourd’hui la vie de Son Altesse Royal le prince Philip, duc d’Édimbourg.

Le prince Philip est resté aux côtés de la reine Elizabeth pendant plus de 70 ans, ce qui en fait la personne ayant occupé le plus longtemps les fonctions de consort d’un souverain britannique. Il s’est consacré au service public durant toutes ces années. Au cours de sa vie, il s’est associé à plus de 900 organismes de bienfaisance, encourageant tout particulièrement ceux qui visaient la protection de l’environnement, la santé mentale et le bien-être des jeunes, et le sport. De toutes ses œuvres de bienfaisance, le Prix du Duc d’Édimbourg, qu’il a lui-même fondé, en est peut-être l’exemple le plus remarquable. Il s’agit d’un programme international qui permet aux jeunes âgés de 14 à 24 ans de surmonter des défis, de les encourager et de reconnaître leur accomplissement. Le prix est décerné au Canada depuis 1963 et a aidé plus de 500 000 jeunes Canadiens à réaliser leur potentiel. Deux de nos anciens collègues du Sénat, Trevor Eyton et Joseph Day, ont siégé au conseil d’administration du Prix du Duc d’Édimbourg.

Selon beaucoup de gens, un des plus grands accomplissements du prince Philip était son soutien sans failles pour la reine au cours de son règne. En rendant hommage à son mari lors de leur 50e anniversaire de mariage, la reine Elizabeth II a déclaré ceci :

C’est une personne qui n’accepte pas facilement les compliments, mais, tout simplement, il a été ma force et mon point d’ancrage pendant toutes ces années. Nous avons tous — l’ensemble de sa famille, ce pays et bien d’autres, et moi-même — envers lui une dette plus grande qu’il ne le prétendrait jamais, ou que nous ne le saurons jamais.

Le duc d’Édimbourg a fait cinq visites officielles dans ma province, la Nouvelle-Écosse. La première a eu lieu en 1951, lorsqu’il a accompagné la princesse Elizabeth dans le cadre d’une tournée pancanadienne. Le couple avait été accueilli par des milliers de Néo-Écossais enthousiastes alors qu’il voyageait en train d’Amherst à Truro et Halifax. Bien que ce fût là sa première visite royale officielle en Nouvelle-Écosse, le prince Philip y était déjà venu plusieurs années auparavant. En effet, durant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il était jeune officier dans la Marine royale, il s’était rendu à Halifax pendant la bataille de l’Atlantique. En tant qu’ancien officier de marine, il était tout indiqué que sa dernière visite officielle en Nouvelle-Écosse ait eu pour but de souligner le 100e anniversaire de la Marine royale canadienne en 2010.

Honorables sénateurs, au nom de tous les Néo-Écossais et du Groupe progressiste du Sénat, je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances à Sa Majesté la reine Elizabeth II et à tous les membres de la famille royale. Merci.

Partager cette publication:

Menu