Période des questions: la diplomatie culturelle

Par: L'hon. Patricia Bovey

Partager cette publication:

Parliament from across the Ottawa River, Ottawa

L’honorable Patricia Bovey : Honorables sénateurs, cette question s’adresse au président du Comité sénatorial permanent des affaires étrangères et du commerce international.

Sénateur Boehm, en juin 2019, le Comité des affaires étrangères et du commerce international a publié son rapport, intitulé La diplomatie culturelle à l’avant-scène de la politique étrangère du Canada. Le Sénat a suspendu ses travaux pour l’été et il y a eu des élections avant que nous puissions voter sur le rapport. Cependant, je sais fort bien que le personnel d’Affaires mondiales Canada ainsi que celui du Conseil des arts du Canada ont décidé de s’en occuper. Les deux ont établi des directions chargées de la mise en œuvre des recommandations du rapport. Je sais aussi qu’il y a un an Patrimoine canadien achevait son rapport qui consistait en une mise à jour. À ma connaissance, il ne s’est rien passé d’autre depuis.

Le Comité sénatorial permanent des affaires étrangères et du commerce international a-t-il été informé des mises à jour, des stratégies de mise en œuvre et des mesures prises? Sinon, quand s’attend-il à l’être? Le comité rencontrera-t-il les ministres concernés pour que l’on donne suite aux recommandations?

L’honorable Peter M. Boehm : Merci, sénatrice Bovey, de cette question et de m’avoir prévenu que vous alliez la poser. Je pense que je suis parmi les nombreux membres de cette enceinte qui reconnaissent votre dévouement et votre intérêt à l’égard de la diplomatie culturelle et certainement de sa promotion à l’étranger. Je m’appuie sur l’expérience vécue dans ma carrière précédente, pendant laquelle j’ai tenté de pratiquer la diplomatie culturelle dans le cadre de diverses affectations.

J’ai été ravi de participer à l’étude du comité sous la direction de l’ancienne présidente, la sénatrice Andreychuk, qui a également bénéficié d’importantes contributions de votre part. Mon intérêt à l’époque était de recommander le rétablissement des programmes d’études canadiennes en particulier, sous une forme ou une autre.

En ce qui concerne les mises à jour d’Affaires mondiales Canada, de Patrimoine canadien et du Conseil des arts du Canada que vous avez mentionnées dans votre question, le comité n’a pas encore reçu d’avis officiel et ne s’attend pas à en recevoir. Toutefois, en tant que président, j’ai reçu quelques assurances que des travaux étaient en cours à la suite de discussions entre les sous-ministres en marge de la Foire du livre de Francfort en octobre 2021, où le Canada était l’invité d’honneur.

Je soupçonne que la pandémie a ralenti les choses dans de nombreux ministères, comme cela a été le cas pour notre propre comité et d’autres, dont les travaux ont été réduits à une réunion par semaine. Bien sûr, il y a eu d’autres préoccupations majeures quant au leadership d’Affaires mondiales Canada et, plus récemment, la guerre en Ukraine.

J’ai soulevé officieusement la question de l’importance des programmes de diplomatie culturelle auprès de la ministre des Affaires étrangères et du ministre du Patrimoine canadien. J’ai bon espoir que leurs ministères respectifs collaborent pour faire avancer ce dossier en particulier.

La sénatrice Bovey : Sénateur Boehm, Affaires mondiales Canada s’apprête à lancer un exercice de modernisation des services diplomatiques, le premier depuis 1980. Êtes-vous sûr que la diplomatie culturelle redeviendra l’un de nos quatre piliers en matière de politique étrangère, surtout dans le contexte actuel des crises mondiales où, à mon avis, il est plus clair que jamais qu’il faut se comprendre les uns les autres et comprendre nos cultures réciproques.

Le sénateur Boehm : Sénatrice Bovey, l’annonce faite par la ministre Joly lundi au sujet d’un exercice interne de modernisation est de bon augure. Je ne sais pas si cet exercice est dû à l’influence de cette enceinte ou non. Tout comme pour l’étude qui vise à déterminer si le Service extérieur canadien « répond aux besoins » ou pour l’exercice de modernisation d’Affaires mondiales Canada — sur lequel notre comité se penche déjà —, il est selon moi trop tôt pour dire la place qu’occupera la diplomatie culturelle dans les discussions. Nous venons à peine de commencer l’étude et les travaux suivent leur cours.

Quant à l’étude lancée par Affaires mondiales Canada, je tiens à préciser que, selon ce que j’en sais, elle mettra l’accent sur les processus internes comme l’embauche et les ressources humaines. Cela dit — et je ne peux pas me prononcer au nom du ministère, évidemment — comme vous le savez, madame la sénatrice, mes opinions sont très semblables aux vôtres. En fait, nous avons amorcé depuis un bon moment déjà une démarche sur la question avec la communauté des arts et de la culture au Canada. En ma qualité de président du comité, je veillerai à ce que, dans le cadre de nos travaux, nous examinions toutes les options pour appuyer ces objectifs communs et, surtout, renforcer la diplomatie culturelle.

 

Partager cette publication:

Menu