Mamadosewin (lieu de rencontre, marcher ensemble)

Le décès de Frederick (Fred) Sasakamoose, O.C.

Le décès de Frederick (Fred) Sasakamoose, O.C.

Le décès de Frederick (Fred) Sasakamoose, O.C.


Publié le 15 décembre 2020
Hansard et déclarations par l’hon. Marty Klyne

L’honorable Marty Klyne : Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui pour rendre hommage à l’aîné Fred Sasakamoose, le premier hockeyeur autochtone visé par un traité à jouer dans la plus prestigieuse association de hockey, soit la Ligue nationale de hockey, ou LNH.

Fred est né dans ma province, la Saskatchewan, le 25 décembre 1933. Il a été hospitalisé le 20 novembre dernier à Prince Albert, en Saskatchewan, où il a reçu un diagnostic de COVID-19. Il s’est éteint quatre jours plus tard des suites de complications liées au coronavirus. Il est décédé il y a à peine trois semaines, le 24 novembre, un mois avant son 87e anniversaire.

Dans sa jeunesse, on voyait comme très peu probable, voire impossible, qu’un enfant de la réserve joue au hockey dans une grande ligue, et encore moins dans la LNH. Pourtant, malgré tous les obstacles et à force d’acharnement et de résilience, Fred est allé loin.

Il a été élevé par ses parents au sein de la Première Nation crie d’Ahtahkakoop 104. Il est issu d’une famille de 11 enfants, dont seulement 5 ont survécu à l’enfance : les 6 autres ont succombé à la variole.

Comme de nombreux enfants autochtones, Fred et son frère Frank ont été arrachés à leur famille et envoyés de force dans un pensionnat autochtone situé à 96 kilomètres de chez eux, à Duck Lake. Après deux années troubles et sordides, Fred et Frank ont enfin pu quitter le pensionnat et revoir leurs parents.

Fred jouait dans l’équipe de hockey du pensionnat de Duck Lake quand un prêtre a décelé en lui un talent immense. Le prêtre a fait venir un dépisteur de hockey chez Fred lorsqu’il avait 15 ans, puis à l’âge de 16 ans, Fred Sasakamoose était choisi par les Canucks de Moose Jaw.

Fred s’est présenté chez les Canucks pour jouer pour eux, et on peut dire qu’il a été convaincant. En 1953-1954, il a marqué 31 buts en 34 matchs avec les Canucks et a été désigné joueur le plus utile de la Ligue de hockey junior de l’Ouest. Pendant cette saison, Fred a été appelé par les Blackhawks de Chicago, en novembre, avec lesquels il a joué deux matchs, qui ont marqué ses débuts dans la LNH, avant d’être renvoyé chez les Canucks de Moose Jaw. Fred a été rappelé quelques mois plus tard, une fois la saison des Canucks terminée, en février 1954, et il a joué un total de 11 matchs pour les Blackhawks de Chicago en 1953-1954, lors de la saison de la LNH.

Le hockey était plus qu’un jeu pour Fred; c’était un mode de vie, et ses exploits et sa passion ont été reconnus par les Blackhawks de Chicago. Dans les années qui ont suivi, après avoir joué dans les ligues mineures, Fred a mis sa vie au service des autres dans la communauté d’Ahtahkakoop. Il a recommencé à parler sa langue, la langue crie dont on l’avait privé lorsqu’il était enfant et a travaillé dans la communauté en tant que conseiller pendant 35 ans et en tant que chef pendant six ans.

Chers collègues, la détermination de Fred Sasakamoose d’accroître la capacité de participation des Autochtones et des non Autochtones ne peut être sous-estimée. À partir de 1961, il encourage les jeunes à faire du sport et, en 1962, il est l’un des membres fondateurs de la Northern Indian Hockey League. Il est également un membre fondateur des jeux indiens d’été et d’hiver de la Saskatchewan, de l’école de hockey All Nations de Saskatoon et de la semaine des étoiles du hockey de Fred Sasakamoose.

Fred Sasakamoose a été honoré par les Blackhawks de Chicago lors d’un match à domicile en 2002, il a fait partie du groupe de travail sur la diversité ethnique de la Ligue nationale de hockey et il est devenu membre du conseil d’administration de la Fondation autochtone de guérison. Il a été intronisé au Temple de la renommée des sports de la Saskatchewan dans la catégorie des bâtisseurs en 2007, et il a été nommé membre de l’Ordre du Canada en 2018.

La même année, il a reçu un doctorat honorifique en droit de l’Université de Saskatchewan. Lors de sa convocation, M. Sasakamoose a déclaré humblement ceci :

Le temps viendra où je ne serai plus là, mais ma voix perdurera.

Je n’en doute pas, M. Sasakamoose.

Au moment de son décès, son autobiographie intitulée Call Me Indian: From the Trauma of Residential School to Becoming the NHL’s First Treaty Indigenous Player était en cours d’achèvement et elle devrait être sur les rayons le 6 avril 2021.

Je tiens à offrir mes condoléances à Loretta, qui a été la femme de Fred pendant plus de 60 ans, à leurs enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants, à leur communauté…

L’honorable Leo Housakos (Son Honneur le Président suppléant) : Honorables sénateurs, je voudrais rappeler à tous que les déclarations sont censées durer trois minutes.

Le sénateur Klyne : Reposez en paix, M. Sasakamoose, et sachez que votre voix est toujours vivante. Merci.