Période des questions: Le contrôle des armes à feu

Par: L'hon. Pierre Dalphond

Partager cette publication:

Halls of Parliament, Ottawa

L’honorable Pierre J. Dalphond : Je vous souhaite la bienvenue, monsieur le ministre. Ma question porte sur les armes de poing, des instruments qui sont conçus pour tuer ou blesser des personnes, qui briment les gens et qui ont une faible valeur sociale.

Au cours de la dernière législature, le gouvernement a présenté le projet de loi C-21, Loi modifiant certaines lois et d’autres textes en conséquence (armes à feu), qui comprenait des mesures pour appuyer l’interdiction des armes de poing à l’échelle locale. La mise en place d’interdictions à l’échelle locale plutôt qu’à l’échelle nationale a soulevé de nombreuses critiques.

Monsieur le ministre, voyez-vous le bien-fondé d’une interdiction des armes de poing à l’échelle nationale? Quand des mesures concrètes seront-elles prises dans ce dossier? Merci.

L’honorable Marco E. L. Mendicino, c.p., député, ministre de la Sécurité publique : Monsieur le sénateur, je vous remercie de poser cette question et de mettre en lumière un enjeu qui me tient à cœur.

Je représente une communauté de Toronto où les fusillades sont à ce point fréquentes que j’hésite à les mentionner ici. Il peut même y en avoir chaque semaine à certains moments de l’année. Souvent, je connais les personnes et les familles qui subissent les effets des crimes commis avec des armes à feu. Je suis touché par leur résilience et leur persévérance, certes, mais nous devons aussi agir pour elles comme nous le faisons maintenant, en prenant plus de mesures afin de réduire la violence liée aux armes à feu, y compris les armes de poing. Je souligne, à l’intention des sénateurs, que la majorité des meurtres au Canada sont commis à l’aide d’armes de poing. C’est inacceptable.

Cela dit, bien que nous soyons résolus à agir et que j’aie pour mandat de collaborer avec les provinces et les territoires afin de prendre d’autres mesures dans ce domaine, notre intervention ne peut pas se limiter à ce seul volet. Nous devons aussi investir pour faire respecter les lois à la frontière et mettre fin à l’arrivée d’armes de contrebande au Canada. Il faut également investir dans des stratégies de prévention afin de créer des espaces sécuritaires et d’empêcher que ce genre de tragédie se produise. Voici l’engagement que je prends envers vous : nous travaillerons en coopération avec toutes les communautés du pays pour que ce fléau devienne enfin chose du passé.

Partager cette publication:

Menu