Période des questions : La pénurie de médicaments pour enfants

Par: L'hon. Brian Francis

Partager cette publication:

L’honorable Brian Francis : Ma question s’adresse au sénateur Gold. Sénateur Gold, j’ai lu un article troublant dans le Globe and Mail ce matin. Tanya Talaga, l’auteur de l’article, affirme qu’en septembre un pharmacien régional de l’Ontario qui travaille au sein de la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits à Services aux Autochtones Canada a envoyé au personnel une note d’information l’avertissant de l’imminente pénurie d’analgésiques pour enfants et lui demandant de conserver les produits expirés. Les journalistes spécialistes de la santé du Globe and Mail n’ont trouvé ce genre de directives nulle part ailleurs au Canada. En outre, un autre ministère fédéral, Santé Canada, déconseille d’administrer des médicaments périmés aux enfants parce que cela pourrait ne pas être sûr ou efficace.

Sénateur Gold, je vous prie d’expliquer pourquoi il semble exister des normes de soins différentes pour les enfants autochtones de l’Ontario. Pourriez-vous nous dire aussi si la directive voulant que l’on conserve des médicaments pédiatriques périmés a été formulée pour un autre groupe au Canada.

L’honorable Marc Gold (représentant du gouvernement au Sénat) : Merci, sénateur Francis, de soulever cette question troublante. Je vais devoir me renseigner. Je fournirai une réponse dès que j’en obtiendrai une.

Le sénateur Francis : Sénateur Gold, le gouvernement a annoncé lundi avoir réservé un stock étranger supplémentaire d’acétaminophène pour enfants qui « sera mis en vente dans les pharmacies de détail et communautaires au cours des prochaines semaines ». Les parents qui vivent dans des zones urbaines ou suburbaines ont parcouru les pharmacies pour trouver ces analgésiques nécessaires à leurs enfants. En effet, nous connaissons en ce moment une crise des soins pédiatriques. Cependant, les familles des collectivités nordiques ou éloignées, où l’approvisionnement est limité, voire inexistant, ne peuvent tout simplement pas faire le tour de dizaines de magasins. Afin de s’assurer que les enfants des Premières Nations ont les mêmes chances de s’épanouir que les autres enfants, le Canada a l’obligation morale et légale de garantir la prestation durable de services de qualité.

Sénateur Gold, pouvez-vous nous dire quelle proportion des stocks étrangers de médicaments pour enfants sera destinée aux membres et aux communautés des Premières Nations? J’aimerais obtenir une ventilation détaillée de ces stocks.

Le sénateur Gold : Je vous remercie de votre question. Je ferai le nécessaire pour obtenir une réponse à celle-ci et la transmettre à la Chambre.

Partager cette publication:

Menu