Proposition de débat d’urgence sur le racisme systémique

Par: L'hon. Jim Munson

Partager cette publication:

L’honorable Jim Munson : Le Groupe progressiste du Sénat appuie sans réserve la demande de débat d’urgence de la sénatrice Moodie. Comme je l’ai dit hier, il est intéressant qu’il ait fallu qu’un chef soit blessé et que quelqu’un soit tué pour que cela attire notre attention.

J’ai eu un peu de difficulté à rassembler toutes ces notes afin d’appuyer cette demande de débat d’urgence, et le sénateur Plett a parlé de quatre heures. Eh bien, quatre heures, c’est un bon début.

Votre Honneur, vous aviez penché en faveur du sénateur Tkachuk lorsqu’il avait demandé un débat d’urgence le 6 février 2018. Il s’agissait d’un débat sur le prolongement du pipeline Trans Mountain. En rendant votre décision, vous aviez dit que la tenue d’un débat ne nous empêcherait pas de lancer une interpellation. Je crois que c’est un point important.

Au Canada, nous savons que le racisme systémique ou le racisme institutionnalisé sont présents partout, qu’il s’agisse d’embauche dans la fonction publique ou le secteur privé, du milieu artistique ou sportif, ou encore d’institutions comme celle-ci. Je crois que nous devons attaquer cette question de front.

Alors que nous commençons à exposer nos arguments en faveur de ce débat, il est intéressant de souligner que, il y a 30 ans, c’est-à-dire le 18 juin 1990, Nelson Mandela a pris la parole à l’autre endroit devant les parlementaires des deux Chambres au sujet d’une Afrique du Sud libre et inclusive. Aujourd’hui, nous devons parler d’un Canada libre et inclusif. Selon des enquêtes récentes, 61 % des Canadiens sont convaincus ou presque convaincus que le racisme systémique existe au pays. Je suis préoccupé par le point de vue des 39 % restants.

Votre Honneur, si nous examinons la question du racisme systémique, si vous approuvez la tenue d’un débat sur la question, j’aurai sans doute beaucoup à dire sur le sujet. Malheureusement, des sénateurs sont absents, mais, jusqu’à maintenant, d’autres sénateurs ont été en mesure de parler en leur nom. Nous sommes au moins 35 ou 40 présents aujourd’hui et, comme je l’ai dit au début de mon intervention, c’est déjà un bon début. Nous devons examiner ce dossier avec sérieux.

Pensons-y. Le racisme systémique découle de la supériorité et du pouvoir perçus des Blancs dans tous les aspects de la vie. C’est ce qui empêche quiconque n’est pas Blanc de jouir d’un accès égal à une vie prospère. Le plus souvent, nous ne sommes pas conscients du fait que notre comportement est raciste. C’est ce qu’on appelle les « préjugés inconscients ».

Votre Honneur, la décision vous revient. Toutefois, si nous n’examinons pas la question maintenant, quand le ferons-nous? Merci beaucoup.

Partager cette publication:

Menu