Le décès de Tony Cote, S.O.M.

Par: L'hon. Marty Klyne

Partager cette publication:

 

L’honorable Marty Klyne : Honorables sénateurs, je prends la parole aujourd’hui pour rendre hommage à l’aîné Tony Cote, un autre défenseur visionnaire de la participation des jeunes et des sports autochtones en Saskatchewan.

Tony Cote est né dans la réserve Cote à Kamsack, en Saskatchewan, en 1935. Comme tant d’enfants autochtones de sa génération, M. Cote a été arraché de sa famille et envoyé dans le système des pensionnats. L’aîné Cote fait partie des survivants des pensionnats autochtones qui ont été assez résilients pour se relever et puiser profondément en eux-mêmes la force et la persévérance nécessaires pour aller de l’avant et suivre leur désir de servir.

À 17 ans, Tony Cote s’est enrôlé dans les forces armées, et il a servi à titre de bombardier de 1952 à 1958 dans le 81e régiment de campagne de l’Artillerie royale canadienne. En 1953, il a épousé Sadie Friday. Ensemble, ils ont élevé sept enfants. Pendant son service, M. Cote a passé 14 mois au front en Corée. Il a été décoré de la médaille du service spécial des Nations unies pour la Corée.

Dans une entrevue qu’il a accordée à la CBC, M. Cote a résumé ce que le retour au pays après un service actif représentait pour la plupart des Autochtones visés par un traité, dont il faisait partie : « Nous avons lutté contre la dictature pour nous retrouver ensuite dans une dictature dans les réserves, où l’agent des Indiens exerçait un contrôle total. »

Cela n’a pas empêché M. Cote de devenir un agent efficace de changement positif. Il a été le premier à être élu chef de la nouvelle nation de Cote. Il a occupé ce poste pendant huit ans. Le dévouement, la générosité et le soutien qu’il a apporté aux athlètes autochtones ont inspiré et fait prospérer sa communauté. M. Cote a dirigé la construction de la première patinoire extérieure de la communauté, de la première patinoire artificielle intérieure, du complexe sportif et du centre récréatif de Cote, le premier du genre sur les terres des Premières Nations de la Saskatchewan.

En 1974, en reconnaissance de ses efforts, il s’est vu décerner le prix Tom Longboat, lequel salue la contribution d’Autochtones dans le domaine du sport au Canada. En 2008, on lui a remis l’Ordre du mérite de la Saskatchewan pour souligner l’excellence de ses réalisations et de ses contributions au bien-être social, culturel et économique de la province et de ses habitants. Le 18 juin 2011, il a été intronisé au temple de la renommée des sports de la Saskatchewan.

L’aîné Tony Cote que j’ai connu était un leader qui tenait le gouvernail d’une main ferme. Il était visible, facile d’approche, et sa présence répandait le calme autour de lui. J’ai connu et respecté M. Cote en tant qu’aîné, mais j’ai aussi eu le privilège de le compter parmi mes amis.

Bien que M. Cote nous ait quittés le 13 juillet 2019, à l’âge de 84 ans, sa mémoire se perpétuera de nombreuses manières. On a récemment annoncé un don de 20 000 $ de la part de la famille Cote à l’Université des Premières Nations du Canada pour que celle-ci continue à offrir la bourse Tony Cote. J’offre mes condoléances tardives à sa famille, à ses amis et à sa communauté. Notre province, notre pays et le monde libre sont un endroit meilleur parce que M. Cote est intervenu et en a fait l’œuvre de toute une vie.

Merci, monsieur Cote. Reposez en paix.

Partager cette publication:

Menu