Le décès de Frederick George Ford

Par: L'hon. Patricia Bovey

Partager cette publication:

L’honorable Patricia Bovey : Honorables sénateurs, vous connaissez l’importance que revêt l’Arctique pour moi et mes nombreuses préoccupations au sujet des enjeux interreliés auxquels sont confrontés les habitants de l’Arctique, notamment la sécurité, le changement climatique, la sécurité alimentaire, la santé et la culture, pour n’en nommer que quelques-uns. J’ai été exposée à l’art et aux artistes inuits depuis mon enfance, et j’éprouve un immense respect à l’égard des personnes qui ont fait connaître la culture et le mode devie des Inuits et de celles qui ont amélioré la sensibilisation et les connaissances de la population du Sud du Canada au sujet des Inuits.

En août dernier, lorsque Fred Ford est décédé à Winnipeg, le Nord a perdu un défenseur convaincu et enthousiaste dont la voix était mesurée. Né à St. Catharines, en Ontario, en novembre 1949, ce n’est qu’après avoir terminé l’école secondaire et avoir parcouru l’Europe avec un sac à dos que Fred a entrepris sa quête pour retrouver ses racines. En décembre 1980, Fred a installé sa jeune famille à Baker Lake, au Nunavut, pour en apprendre davantage sur la culture inuite — sa culture — et les liens familiaux qui l’unissaient à ce peuple. Fred a vécu à Baker Lake jusqu’à son déménagement à Winnipeg en 2003. À Baker Lake, il a géré l’hôtel Iglu, il a été directeur exécutif de l’Association inuite Kivilliq, il a ouvert la galerie d’art Qamanittuq et il a aussi enseigné et donné des conférences au Collège de l’Arctique.

Ayant embrassé tous les aspects de sa culture lorsqu’il était dans le Nord, il a continué à la soutenir à Winnipeg. J’ai rencontré Fred peu après son déménagement à Winnipeg. Je peux témoigner du travail considérable qu’il a effectué pour le Musée des beaux-arts de Winnipeg et ses collections. Il a accueilli les artistes inuits en visite et a servi d’interprète pour eux lorsque c’était nécessaire. De plus, en tant que membre du conseil d’administration, il a travaillé sans relâche sur la construction et l’ouverture de Qaumajug, le nouveau centre des arts inuits du musée.

La musique était également importante pour lui. Il était membre du conseil d’administration de Camerata Nova, qui s’appelle maintenant Dead of Winter, et a aidé à inviter des chanteurs de gorge inuits à participer à ce programme.

Fred a été membre fondateur du conseil d’administration — en 2012 —, ainsi que le président et président du conseil d’administration de la Manitoba Inuit Association. Ce fut un honneur pour moi d’assister à l’inauguration très spéciale de son nouvel espace en 2019, où de nombreux aspects de la culture inuite ont été présentés. Le sentiment de fierté éprouvé par Fred pour sa culture et son patrimoine était palpable, tout comme son amour de l’histoire et de la culture inuites qu’il a transmis chaque fois qu’il le pouvait. Cela a été merveilleux de voir son visage s’animer lorsqu’il parlait de ce qu’il aimait le plus : sa famille, l’art inuit, les artistes et leur expression créative.

Ses connaissances approfondies et son dévouement à ce segment important de la population du Canada vont me manquer.

J’offre mes condoléances à Gela, ses enfants et ses petits-enfants chéris. Repose en paix, cher ami.

Merci.

Des voix : Bravo!

Partager cette publication:

Menu