Mamadosewin (meeting place, walking together)

Observations à la fin de la session du printemps

Observations à la fin de la session du printemps

Observations à la fin de la session du printemps


Publié le 26 juin 2020
Hansard et déclarations par l’hon. Peter Harder

 

L’honorable Peter Harder : Honorables sénateurs, j’imagine que vous réalisez à quel point la situation est bizarre pour moi. Quand je regarde autour de moi, je pense à la devise du Vinyl Café : « Nous ne sommes peut-être pas un grand magasin, mais, au moins, nous sommes une petite boutique ».

C’est un honneur pour moi de prendre la parole au nom du Groupe progressiste du Sénat et de notre leader, la sénatrice Jane Cordy. Plusieurs des membres de notre groupe n’ont pas eu l’occasion de participer aux travaux du Sénat en raison des restrictions imposées en réponse à la COVID, mais au nom de tous les membres du groupe, je tiens à profiter de l’occasion pour remercier ceux qui sont présents et ceux qui nous écoutent à la maison.

Notre vie personnelle et notre vie professionnelle ont été passablement bouleversées au cours des six derniers mois, tout comme nos habitudes quant au travail et au divertissement. J’ai une liste de groupes du Sénat que je voudrais remercier. En parcourant la liste, je me suis dit que le milieu de travail des membres de tous ces groupes avait été modifié pour répondre à la COVID-19; j’ai pensé à leur façon de travailler, à ce qu’ils font pour nous soutenir, aux nouvelles tâches qu’ils ont à accomplir pour assurer notre sécurité et nous permettre de faire notre travail de façons nouvelles, différentes et novatrices.

Pensons aux greffiers au Bureau, à l’huissier du bâton noir, aux greffiers, aux directions des comités, aux pages, aux interprètes, aux sténographes, aux Services d’information, aux Services de protection parlementaire, aux services à la clientèle et à l’équipe d’entretien — qui a certainement essuyé nos pupitres plus souvent au cours des six derniers mois qu’au cours des sept dernières années —, à l’Administration du Sénat et au personnel de soutien de nos bureaux. Le travail qui est nécessaire pour nous permettre de continuer à travailler a été adapté, et nous devrions tous en être reconnaissants.

Je tiens à remercier les responsables des groupes. Si vous le permettez, j’aimerais remercier tout particulièrement le bureau du représentant du gouvernement au Sénat. Je connais un peu le travail que cela implique et j’admire la façon dont s’est comportée son équipe. Je vous suis reconnaissant de votre professionnalisme, de votre bonne humeur et de votre excellente compagnie. Je suis particulièrement heureux de ne pas être à votre place.

Je voudrais remercier les autres responsables. Écouter un point de vue différent ne me fait pas toujours changer d’idée, mais je suis reconnaissant aux responsables du Sénat de se consacrer à la bonne dynamique de l’institution. Tous les sénateurs se réjouissent de la collaboration dont ils sont témoins.

J’aimerais conclure en faisant écho à quelques observations formulées un peu plus tôt. Le sénateur Cormier, dans son intervention au début de la présente séance, a mentionné le départ imminent de la sénatrice Lillian Dyck. Le sénateur Woo a fait de même. Il s’agit d’une grande perte pour le Sénat. La sénatrice Dyck, en tant que présidente du Comité des peuples autochtones et à l’extérieur de ce comité, a été une sénatrice d’exception. Elle part à la retraite cet été. C’est une perte considérable pour le groupe progressiste du Sénat. En fait, cela menace la viabilité et la continuité du groupe. Bien entendu, ce n’est pas l’occasion de vendre ma salade, mais je me suis réjoui d’entendre les commentaires favorables au sujet de la création du groupe et je vous laisse libre de permettre que cela se poursuivre.

Enfin, Votre Honneur, je vous remercie de votre amitié soutenue, de votre sagesse et de votre capacité à peser les arguments qui vous sont présentés afin d’en arriver à la meilleure conclusion possible. C’est indiqué, c’est bienvenu et c’est nécessaire dans une Chambre comme celle-ci.

Je vous souhaite du repos en toute sécurité. Je sais que vous continuerez votre travail avec beaucoup de dévouement. J’espère que lorsque nous nous réunirons en septembre, quelles que soient les perturbations à ce moment-là, nous continuerons de garder en tête que le but de notre présence ici est de servir les Canadiens et de rendre cette institution qu’est le Parlement encore plus efficace qu’elle ne l’a été jusqu’à maintenant. Je vous remercie.