Mamadosewin (meeting place, walking together)

Hommage aux artistes noirs du Canada

Hommage aux artistes noirs du Canada

Hommage aux artistes noirs du Canada


Publié le 30 septembre 2020
Hansard et déclarations par l’hon. Patricia Bovey

L’honorable Patricia Bovey : Honorables sénateurs, quel plaisir d’être de retour dans cette enceinte! Je dois dire que c’était surréaliste de suivre les débats à partir de mon ordinateur à la maison. Je me sentais comme une pièce d’horlogerie fondue dans La Persistance de la mémoire, la toile peinte par Salvador Dali en 1931.

Parlant d’art, je tiens à remercier toutes les personnes ayant participé à la présentation Le Sénat honore les artistes noirs du Canada, qui a été aménagée dans le foyer à l’extérieur de cette salle. J’aimerais également remercier notre Président de nous avoir fourni l’autorisation d’utiliser cet espace, ainsi que les membres du Groupe de travail consultatif sur la collection de biens patrimoniaux et d’œuvres d’art, les membres du Comité permanent de la régie interne, des budgets et de l’administration, la sénatrice Moodie, le sénateur Ravalia, la curatrice du Sénat, Tamara Dolan, les membres de notre administration, et les membres de mon propre personnel. Enfin, j’applaudis et je remercie tout particulièrement les artistes pour leurs idées concernant l’aspect visuel de la présentation, et pour m’avoir permis de proposer ces œuvres à notre réflexion et à celle des Canadiens.

Quel est l’objectif de l’installation de ce « mur »? Il est essentiel que les voix canadiennes que nous présentons reflètent la diversité et la profondeur de nos régions et de notre pays. Comme il a été question pendant plusieurs années lors des réunions du Groupe de travail consultatif sur la collection de biens patrimoniaux et d’œuvres d’art, nous devons présenter des œuvres d’art autochtones, ainsi que des œuvres provenant de tous les horizons et de toutes les régions du Canada. Restez à l’affût; nous sommes en train de discuter de nouvelles idées.

Cette installation artistique, la première réalisée par des artistes noirs canadiens au Sénat, vise également à soutenir le mouvement Black Lives Matter. En la recommandant, j’ai estimé qu’il était important de commencer par faire valoir les voix de l’Ouest canadien. En effet, les voix des communautés noires de l’Ouest ne sont pas entendues au même titre que celles des autres régions du pays. Je voulais enfin explorer les médias utilisés par un artiste né au Canada, et un artiste d’origine immigrante.

Yisa Akinbolaji a émigré du Nigéria en 1997. Maintenant citoyen canadien, il vit à Winnipeg. Ancien membre du Conseil des arts du Manitoba et ancien président de la société manitobaine des artistes, il est cofondateur de la Creative Foundation, qui cherche à autonomiser les jeunes provenant de multiples cultures. Sa toile Stolen Identities, peinte en 2018, présente une image de Louis Riel à l’intérieur d’un capteur de rêves, dans une forêt manitobaine. Il fusionne les riches couleurs et motifs du Nigéria, son pays natal, avec les réalités historiques et contemporaines du Canada. Dans l’ensemble de l’œuvre, des cercles se répètent de façon rythmique pour faire écho à l’appel du capteur de rêves, qui veut favoriser le respect et la compréhension entre les cultures.

Chantal Gibson, artiste et poète primée, qui enseigne à l’Université Simon-Fraser de Vancouver, a participé à de nombreuses expositions, en plus de donner des conférences au Canada et à l’étranger. Née au Québec, elle a des racines ancestrales en Nouvelle-Écosse. En 2014, elle a réalisé Who’s Who in Canada 1927 , dans le cadre de sa série Altered Books. Cette œuvre fait ressortir l’urgence d’inclure l’histoire des Noirs dans l’histoire du Canada. Elle l’a créée en coupant les pages de l’ouvrage original et en remplissant la page couverture de fils noirs tressés et torsadés de diverses tailles, qui représentent les liens solides unissant les communautés noires du Canada et leurs contributions importantes. En regardant la tablette de lecture, on peut voir Mme Gibson tourner les pages de l’ouvrage original, révélant les photographies des personnages « éminents » de l’époque : tous des hommes blancs. Son message est émouvant et sans équivoque.

Cette installation a été extrêmement bien accueillie partout au pays. En tant que sénateurs et Canadiens, nous devons écouter les messages véhiculés par ces œuvres et y donner suite. Merci.