Mamidosewin (meeting place, walking together)

Débat sur la motion qui concerne l’étude préliminaire du projet de loi no 2 d’exécution du budget de 2017

Débat sur la motion qui concerne l’étude préliminaire du projet de loi no 2 d’exécution du budget de 2017

L’honorable Terry M. Mercer (leader adjoint des libéraux) : 

Honorables sénateurs, le sénateur Harder a précisé aujourd’hui ce qu’une étude préalable nous permettrait d’accomplir. Or, le Sénat fera ce travail lorsqu’on lui soumettra le projet de loi proprement dit. Pour ce faire, il faut que la Chambre des communes se dépêche un peu, qu’elle adopte le projet de loi et qu’elle nous le renvoie.

Le sénateur Harder nous a ensuite dit que nous avions du travail à faire. Il a tout à fait raison. Cependant, cela est tout aussi vrai pour la Chambre des communes.

Le projet de loi C­63 et l’étude préalable : ceux d’entre vous qui sont ici depuis un moment ont entendu mes discours à la présentation de chaque nouveau budget. Peu importe le gouvernement en place, celui-ci nous renvoie le budget à la dernière minute et s’attend à ce que nous l’adoptions en insistant qu’il y a urgence à le faire. Même cette fois-ci, le gouvernement n’arrive pas à en faire une question urgente. Le sénateur Day a souligné le fait que les budgets pourraient prendre du retard si les travaux n’avancent pas à l’autre endroit.

Cette étude préalable continuera de permettre aux députés à la Chambre des communes de traiter les sénateurs avec peu ou pas de respect. Elle continuera de leur permettre d’être trop paresseux pour faire leur travail avec diligence. Les Canadiens s’attendent à mieux. Les électeurs s’attendent à mieux.

J’ai une question fondamentale. Imaginons que nous ayons le temps d’effectuer l’étude préalable et qu’entre-temps, au bout du couloir, les députés apportent un changement au budget, parce qu’ils ont repéré et corrigé une erreur. Alors quoi? Nous serions en train de perdre notre temps à étudier un budget qui n’est pas le bon? Nous voulons étudier le budget qui nous sera présenté.

J’ai un message pour les députés : arrêtez de nous faire perdre notre temps, relevez-vous les manches et faites votre travail. La population s’attend à ce que les députés fassent leur travail. Nous nous attendons à la même chose, parce que tout le monde sait que nous sommes prêts à faire le nôtre et que nous n’appuierons pas une étude préalable.